/Revue des méthodes/

 

EuRom 4 et EuRom 5

Galatea, Galanet, Galapro

EuroComRom

BABELWEB

Itinéraires romans

VRAL : Voie Romaine à l’Apprentissage des Langues

Euro-mania

 

 

La section des méthodes concernant les langues romanes est la plus fournie : d’abord parce que c’est dans l’univers de la Romania que l’appro­che intercompréhensive a été la plus développée, ensuite parce que dans ce cadre de ce site, rédigé en français, les langues romanes constituent le point d’entrée naturel dans l’inter­compréhension.

 

 

EuRom 4 et EuRom 5

 

La méthode EuRom 4 a été élaborée durant les années 1990 dans le cadre d’un projet Socrates : le projet original et la coordination générale ont été assurés par Claire Blanche Benveniste et son équipe de l’université de Provence, aidée par des équipes partenaires des universités de Rome III (Raffaele Simone), de Salamanque et de Lisbonne.

Quatre langues romanes sont représentées : l’espagnol, le français, l’italien et le portugais. L’expérimentation a abouti en 1997 à la publication d’un manuel (EuRom 4), vite indisponible. C’est pourquoi, une dizaine d’années plus tard, l’idée de reprendre le projet en l’actualisant a été proposée par une équipe qui avait participé au projet d’EuRom 4. EuRom 5 ajoute le catalan aux quatre langues initiales. Les auteurs sont Elisabetta Bonvino (Università di Roma III, qui assure aussi la coordination générale), Sandrine Caddeo (Université de Provence). Le travail de préparation s’est achevé fin 2009 pour une publication imminente.

Le public visé est en priorité est celui des jeunes adultes (étudiants) : soit leur L1 est l’une des 4 (ou 5) de la méthode, soit ils connaissent bien l’une de ces langues.

EuRom 4 et 5 se composent d’une vingtaine de leçons dans chacune des langues. Chaque leçon est bâtie sur un texte assez court, extrait d’un article de journal : le niveau de langue est ainsi relativement égal, accessible sans être non plus parlé. Chaque texte est présenté par un titre, traduit dans les autres langues, (et, dans EuRom 4, par un résumé) : le contexte ainsi explicité est une première aide à l’entrée dans le texte. La leçon offre ensuite une série d’aides (lexicales, morphologiques, sur l’ordre des mots, etc.) présentées à travers des tableaux de correspondance ou de grammaire contrastive associant toutes les langues : ne pas fournir immédiatement la traduction stimule les stratégies d’inférence de l’apprenant ; passer par les autres langues permet de développer le réflexe d’exploiter l’aide provenant de ses propres connaissances linguistiques. La méthode repose donc essentiellement sur une stratégie d’explicitation des hypothèses1.

Selon ses auteurs, entre 30 et 50 heures suffisent aux apprenants pour acquérir « le déclic », c’est-à-dire « l’impression, déclenchée parfois très subitement, qu’ils peuvent désormais circuler seuls dans les textes ».

Une présentation d’EuRom 4 : www.up.univ-mrs.fr/delic/Eurom4/

Une présentation d’EuRom 5 : www.dglflf.culture.gouv.fr/publications/Eurom5_4.pdf

 

En Amérique du Sud, l’expérience d’enseignement à partir d’Eurom 4 a suscité depuis 2002 un développement méthodologique spécifique à l’Universidad nacional de Córdoba (Argentine), par l’intermédiaire du projet Inter Rom et, au Chili, par l’intermédiaire du projet Interlat (Universidad de Valparaíso) : manuel de compréhension écrite du français, de l’espagnol et du portugais avec cédérom.

Dans la même suite, on trouve en Catalogne Romanica intercom, site web conçu par l’Universitat Autónoma de Barcelone et l’Intercat qui met en ligne tous les apports de l’équipe d’Eurom 4 : il offre à un apprenant adulte deux textes écrits et oralisés pour chacune des cinq langues romanes proposées (catalan, espagnol, français, italien, portugais) avec une aide linguistique immédiate (morphologie, syntaxe, lexique). www.romanicaintercom.com/

-----------------------------------------------------------

1Voir Claire Blanche Benveniste et André Valli, 1997b, « L’expérience EuRom 4 : comment négocier les difficultés ? »

Retour au menu

 

 

Galatea, Galanet, Galapro

 

Ces trois programmes présentent de grandes différences de mise en œuvre, mais ont été successivement développés, selon une « saga des Gala » (Manuel Tost Planet) par la même équipe coordonnatrice : le Centre de Didactique des Langues-laboratoire Lidilem de l’Université Stendhal Grenoble 3, créé par Louise Dabène et actuellement piloté par Christian Degache avec un réseau de partenaires européens (Belgique, Espagne, France, Italie, Portugal, Roumanie).

*

GALATEA. Cette collection de cédéroms se compose de 7 unités. L’apprentissage est présenté par couples de langues : 3 pour les francophones (vers l’espagnol, l’italien, le portugais) ; tous les autres ont comme langue cible le français.

 

Chaque langue cible propose un module d’introduction et cinq modules au niveau de difficulté croissant, ainsi que deux modules de sensibilisation : à la romanophonie, à la lecture en langue étrangère. Chacun des modules didactiques est articulé autour d’un texte selon un schéma en cinq phases : introduction, compréhension globale, compréhension détaillée, « faisons le point » et enfin, bilan avec le tuteur (puisque les interactions sont gardées en mémoire). En sa compagnie, l’apprenant peut donc revoir son parcours et identifier ses besoins spécifiques. Une aide contextuelle est prévue dans chaque module.

http://w3.u-grenoble3.fr/galatea/ ou http://w3.u-grenoble3.fr/galatea/classic.htm

**

GALANET (2001-2004) est une plateforme plurilingue pour le développement de l’intercompréhension entre locuteurs de langues romanes (liste des partenaires sur la page d’accueil). Le dispositif est construit autour d’une plateforme électronique d’apprentissage collaboratif qui se présente comme un centre de langue virtuel (www.galanet.eu/index_menu.php).

Des sessions rassemblent en forum des apprenants de plusieurs langues, qui travaillent sur une thématique commune et l’élaboration de dossiers de presse multilingues. Les participants dialoguent en ligne chacun dans sa langue : chacun devient ainsi le tuteur des autres pour sa langue. L’élaboration d’un projet commun motive la communication, facilitée par la mise à disposition de nombreuses ressources. Ce dispositif est destiné aux étudiants (enseignement supérieur, centres de langues), lycéens et adultes maîtrisant au moins une langue romane de référence en tant que langue maternelle ou étrangère.

www.galanet.eu ; contact : galanet@u-grenoble3.fr

***

GALAPRO (2008-2010) : ce dernier programme se veut un instrument de diffusion de l’intercompréhension auprès des publics spécialisés (étudiants et professeurs de langue en particulier). Il offre une formation aux futurs animateurs sur la plateforme GALANET. Chaque animateur peut faire l’expérience du travail collaboratif, de l’intercompréhension en langues romanes, des outils de communication à distance. Pour assurer un meilleur suivi des animateurs, la formation est encadrée par un ou plusieurs formateurs de tuteurs.

www.galapro.eu

Retour au menu

 

EuroComRom

 

Dans les années 1980, trois chercheurs allemands, H. Klein, T. Stegmann et F.-J. Meissner (uni­ver­sités de Francfort et Giessen) développent la didactique d’EuroCom, « chemin vers le pluri­lin­guisme en Europe ». La stratégie d’EuroCom se décline dans les trois groupes principaux de langues : EuroComRom (romanes), Germ (germaniques), Slav (slaves). Elle se développe en édi­tant de nombreux ouvrages didactiques et en proposant des sessions de formation à objectif spécialisé.

 

Le point de départ d’EuroCom est la théorie des « sieben Siebe », les sept tamis, qui filtrent les nombreuses analogies entre langues : 1/ lexique international commun à l’ensemble des langues de familles différentes. 2/ Lexique « pan-roman » permettant d’opérer des transferts de sens immédiats entre langues de même famille. 3/ Correspondances phonétiques. 4/ Conventions graphiques et prononciations. 5/ Structures syntaxiques pan-romanes. 6/ Étude des éléments morphosyntaxiques. 7/ Préfixes et suffixes de même origine grecque ou latine.

 

Chaque édition des « Sept Tamis » présente également des « mini-portraits » de chacune des langues du groupe : histoire ; caractéristiques linguistiques ; liste des mots les plus utilisés… Un cédérom offre la version parlée de l’ensemble des textes du recueil.

 

Ce n’est pas à proprement un manuel, puisqu’il n’y a pas de progressions ni de parcours spécifiques. Cet ensemble didactique est une base solide pour les sessions de formation proposées par EuroComRom. L’introduction à la didactique de l’intercompréhension (version française de Franz-Joseph Meissner) reste un modèle du genre pour la compréhension pragmatique des langues romanes.

EuroComRom – les sept tamis : lire les langues romanes dès le départ. Avec une introduction à la didactique de l’intercompréhension – français – català – español – italiano – português – română (330 pages et cédérom), Shaker Verlag, Aachen, 2004. www.eurocomcenter.de

www.eurocomprehension.info ou www.eurocomcenter.de/

http://eurocomprehension.eu/index.htm

Retour au menu

 

 

BABELWEB

 

BABELWEB propose des tâches à accomplir dans une langue romane au choix du participant (adolescent-adulte). Les contributions alimentent alors le forum et les blogs et deviennent sources d’échanges. Les concepteurs privilégient une « didactique invisible » permettant une pratique réelle et socialisée d’intercompréhension entre natifs et grands apprenants.

     htpp://www.babel-web.eu et htpp://edu.babel-web.eu.  ; contact : babelweb.info@gmail.com

Retour au menu

 

 

Itinéraires romans

 

L’Union latine est à l’initiative de cette réalisation, utilisable dans des classes de début de collège via l’internet. Il s’agit de six petits films d’animation de grande qualité graphique qui permettent, au travers d’une courte histoire divertissante, de prendre conscience de l’unité et de la variété de six langues romanes (catalan, espagnol, italien, français, portugais, roumain). Outre l’identification des langues, les jeunes internautes mettent en place des stratégies de perception et de reproduction de quelques premiers actes de parole. Les six unités sont très diverses et permettent une utilisation de classe très souple : sensibilisation, initiation à la compréhension ou à la production orale, et enfin séries d’exercices de langue.

http://dpel.unilat.org/DPEL/Creation/IR/index.fr.asp

Retour au menu

 

 

VRAL : Voie Romaine à l’Apprentissage des Langues

 

Le programme VRAL (Voie Romaine à l’Apprentissage des Langues) est un programme Socrates Lingua 2 (2004-2006) qui regroupe trois partenaires universitaires de Turin, Aix-en-Provence et Bucarest. Il propose un cédérom audio et vidéo d’unités de langue permettant de créer et de vérifier des stratégies de compréhension de l’oral dans l’enseignement précoce (8-10 ans) de trois langues romanes non maternelles : français, italien, roumain.

www.up.univ-mrs.fr/delic/perso/caddeo/index.html ; contact : Stefania Ressico, valdares@tiscali.it

Retour au menu

 

 

Euro-mania

 

Euro-mania regroupe dans un programme Socrates (2005-2008) un partenariat de cinq instituts européens (l’IUFM de l’université de Toulouse ii, concepteur du projet, et Leiria, Bucarest, Rome, Valladolid) qui a créé le premier manuel scolaire européen d’apprentissage disciplinaire (8-11 ans) en intercompréhension des langues romanes. Il existe six éditions différentes (espagnol, français, italien, occitan, portugais, roumain) et un site internet pédagogique et gratuit commun en sept langues (les langues d’édition plus le catalan).

Le manuel s’inscrit délibérément dans une démarche et un contexte scolaires. L’objectif est de construire 20 notions disciplinaires totalement communes aux programmes nationaux en vigueur (7 en sciences, 4 en mathématiques, 4 en technologie, 5 en histoire) en s’aidant de documents et de consignes rédigées dans l’ensemble des langues romanes. En cela, Euro-mania présente une singularité forte par rapport aux autres méthodes d’intercompréhension : elle vise le double objectif de faire acquérir des savoirs via les langues romanes, ainsi que d’initier à la proximité de ces langues, et donc à leur compréhension.

Chacun des 20 modules propose deux notions disciplinaires différentes, menant d’hypothèses au savoir scolaire attendu. Les documents en langues sont ensuite exploités en trois objectifs langagiers : morphosyntaxe (le genre ; le nombre ; le défini et l’indéfini…) ; un système d’occurrence graphique transposable de langue à langue ; une production orale, autour des personnages-mascottes des sept langues. Un portfolio permet de travailler en dehors du contexte disciplinaire les 40 faits de langue approchés avec un exemplier de 125 textes communs. Le fichier de l’élève permet de comparer les langues, de les appréhender, de construire du sens dans sa propre langue, en se servant des langues comme d’un véhicule d’apprentissage. Fruit des méthodologies de la DNL/EMILE, de la méthode expérimentale, et du bilinguisme précoce, Euro-mania n’est pas une méthode pour apprendre les langues, mais pour apprendre par les langues. Les trois compétences construites sont de l’ordre cognitif (j’apprends mieux en apprenant en plusieurs canaux langagiers) ; métalangagier (je maîtrise mieux ma langue car je l’observe et la manipule par le détour de langues apparentées) ; plurilangagier (je rentre dans la compétence de compréhension écrite et orale, ainsi que de production orale, des langues romanes). Enfin, les langues de la Romania ne sont plus étrangères à l’élève de 8-11 ans, que le cadre scolaire aide à bâtir une conscience de citoyenneté européenne. Euro-mania s’utilise au cycle 3 et dans les premières années de collège dans les créneaux horaires dévolus aux sciences ; aux langues ; à la maîtrise de la langue maternelle. Une expérimentation à l’échelle européenne est actuellement suivie, à l’initiative du ministère de l’Éducation nationale.

J’apprends par les langues, manuel européen Euro-mania, fichier de l’élève – édition française (niveau A1, 8-11 ans). CRDP-Midi-Pyrénées/SCÉRÉN. Contacts : www.euro-mania.eu et pierre.escude@toulouse.iufm.fr

Retour au menu

 

I. Langues romanes

II. Langues germaniques

III. Langues slaves 

IV. Entre familles de langues

V. Initiation au plurilinguisme

 

 

 Retour à l'accueil